samedi 5 août 2017

LA ROSE DE FER

Réalisation: Jean Rollin
Pays d'origine: France
Année: 1968





- Résumé:
Lors d'une cérémonie de mariage, une jeune fille tombe sous le charme d'un jeune poête. Le lendemain ils se retrouvent pres de la gare pour faire une ballade à vélo et finissent leur promenade prés d'un cimetière. Le jeune homme connait bien ce lieu et à l'habitude d'aller y traîner, afin d'y trouver de l'inspiration. En quête de frisson, il convainc donc la jeune fille d'aller s'y promener, et même de descendre avec lui dans un caveau. Lorsqu'ils remontent, la nuit est tombée et ils ne parviennent pas à retrouver leur chemin. Se sentant condamnés à errer dans ce cimetière, la folie va petit à petit les gagner.







- Commentaires personnels:
Pour les nons initiés je préviens tout de suite: C'est du Jean Rollin, donc ca s'adresse à un certain publique. Ici, comme dans la plupart de ses films il n'y a pas de réel scénario, mais bon la il a fait simple, donc au moins on y comprend quelque chose et on est pas perdu dans 5 bouts d'histoires en même temps. Faut savoir que normalement, Rollin, il lance une idée de début de scénario, et apres il improvise. Le jeu d'acteur habituellement trés amateur, voir théatral, est ici également mieux géré je trouve. Reste le probleme du rythme, mais faut dire que faire le paris de tourner 1h30 avec l'histoire de 2 personnes perdus dans un cimetière, c'etait risqué. Donc, voila pour moi c'est le point faible du film, y a vraiment beaucoup trop de longueurs. Des le début, on sent que ca va être long, car Rollin film absolument tout, longtemps, sans réel raison ou intérêt...







Passons maintenant aux points forts: déja, on retrouve bien ici ce qu'on aime chez Jean Rollin, a savoir ce mélange de pop, de sexy et d'horreur gothique. Comme le dit si bien le site "invisible-lights.com": "Qui peut se targuer en France d’avoir aussi bien utilisé les paysages de nos régions à des fins gothiques ou fantasmagoriques ? Pas grand monde justement". Ben oui parcequ'au final, c'est bien grace à des gens comme lui que je me sens inspiré quand je traverse la France rurale et que je tombe sur une église, un chateau, un cimetiere, ou même une simple croix... Petit plus également pour la bande son, les rares passages avec de la musique sont remarquables et mettent bien en valeur le côté flippant de se retrouver bloqué dans un cimetiere en pleine nuit. Apres, comme dans beaucoup de films de Rollin ou Franco, je trouve que généralement la musique fait défaut. Les images sont toujours trés belles, mais elles mériteraient d'êtres mises en valeur par de la musique. ca ferait également bien mieux passer les longueurs. Autre chose interessante, c'est le changement de personnalité inatendu que provoque l'isolement et la peur chez le jeune couple. En effet le garcon adolescent est au départ l'élément curieux et provocateur, alors que la jeune fille sage et peureuse parait trés inoscente. Pourtant au fur et a mesure qu'on avance dans le film, on remarque que les rôles petit a petit s'inversent.







- Just for fun:
Ce film est une illustration du thème de l'enfermement. Rollin s'est inspiré à la fois d'un poème de Tristan Corbière et de l'univers baudelairien. D'apres une interview de l'actrice principale Françoise Pascal donnée sur le site gingernutsofhorror.com, on apprend que l'acteur Hugues Quester était complètement ingérable pendant le tournage. En effet, il ne s'entendait pas du tout avec Jean Rollin et avait décrété que le scénario était merdique. Il a alors décidé qu'il n'écouterai aucune directive de Jean Rollin et qu'il jouerai toutes les scènes de la manière dont il l'avait décidé. Ainsi le tournage fut trés épprouvant pour Jean Rollin, mais également pour Françoise Pascal qui considére ce rôle comme étant le plus difficile qu'elle ait fait de toute sa carrière. De son côté, Francoise était ravis de tourner avec Jean Rollin et donna le meilleur d'elle même. C'est même elle qui improvise, sans directives, sur les scènes de dance dans le cimetiere. Toujours selon Francoise, le film ne rencontra pas le succés, parceque les gens attendait un film avec des vampires, du sang et de la nudité, comme Rollin avait l'habitude d'en faire et n'ont pas accroché sur la dimension poétique qu'il a tenté d'apporter avec "La Rose de Fer".







- Lieux de tournage:
On retrouve dans ce film la même plage que dans "Le Viol du Vampire" (1968), "La Vampire Nue" (1968), "Le Frisson des Vampires" (1971) et beaucoup d'autres de ses films me semble t'il. Il s'agirait de la plage de Pourville-lès-Dieppe à Hautot-sur-Mer, pas trés loin du Havres. On apprend d’ailleurs sur IMDB qu'il faisait un froid de canard, le jour ou Jean Rollin a tourné la scène ou Françoise Pascal doit se balader nue sur la plage... Il avait effectivement pour habitude de faire tourner ses actrices nues ou en tenues légères dans le froid, c'est pas la 1ere fois que j'entend ce type de témoignage. Pour les scènes dans le cimetière, il s'agit du cimetière de La Madeleine d'Amiens (lieux ou repose d’ailleurs Jules Verne). Les tournages se faisaient de 6h du soir a 6h du matin, sans aucun décors artificiel, mis a part les ossements, qui étaient a priori des faux. Malgré quelques moments d'angoisse (elle se rappel avoir appelé Jules Verne pour se réconforter, car elle avait peur que des mauvais ésprit du cimetiere ne l'attaque), Françoise se rappelle avoir eu du plaisir à jouer ces scènes de nuit.







- Quelques mots sur le casting:
- Françoise Pascal joue la jeune fille: Originaire de l'île Maurice, on peux la retrouver dans "There's a Girl in My Soup" (1970 avec Peter Sellers), "Bloodsuckers" (1970 avec Peter Cushing) Puis elle fera ensuite surtout de la television. Elle déclare a propos de la nudité: "Tu es mieux payé si tu accepte de tourner nue. Moi je détestais ca, je n'ai jamais aimé me mettre nue. Je voulais être une actrice et j'ai pu réaliser ce rêve lorsque je suis arrivé en Angleterre. J'avais un jolis corps, j'étais attirante... Je me suis servis de ces atouts. Pour ce qui est des photos de charmes, ca m'a apporté beaucoup d'argent. J'en avais besoin pour vivre. De toutes les photos de nue que j'ai fait, celles pour Penthouse fut les plus agréables. C'etait une superbe expérience. Il était interdit de montrer des poils pubiens a cette époque, ce qui m'arrangeait bien. Le photographe était le plus influant en Israël et il a pris les plus belles photos de moi. Il a su montrer toute la vulnérabilité en moi, que les autres photographes n'avaient même jamais remarqués. C'était marrant de poser avec les soldats Israéliens, ils voulaient être sur la photo. J'ai posé à côté d'un tank, et au final ca ressemblait à un gros symbole phallic."



Ci dessous avec Luan Peters et Susan Shifrin:




- Hugues Quester joue le jeune garcon. Il n'a finalement pas une filmographie trés impressionnante. On le retrouve dans "Trois couleurs: Bleu" (1993)



- Mireille Dargent joue le Clown. Elle avait le même rôle dans les films "Les démoniaques" (1974) ou "requiem pour un vampire" (1971).



- Jean Rollin fait une breve apparition.



- La bande son:
La musique est signée Pierre Raph, un habitué des bandes son Rollin ("Les démoniaques", "Filles Impudiques", "Requiem pour un vampire"...)



- Comment se le procurer:
Le DVD est trouvable, il a été réédité. A telecharger également sur wipfilm.net



(Sources: Sites internets spectacularoptical.ca, gingernutsofhorror.com, invisible-lights.com, Wikipedia et IMDB)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire